Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Déclaration de la ministre des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, à la suite de la réunion de la cellule de crise du gouvernement fédéral au ministère fédéral des Affaires étrangères, au sujet de l’attaque russe en Ukraine

25.02.2022 - Article

Chères concitoyennes et chers concitoyens,

Aujourd’hui, nous nous sommes réveillés dans un autre monde. Après des mois de préparation, de mensonges et de propagande, le président Vladimir Poutine a décidé cette nuit de faire suivre ses menaces d’actes terribles. En attaquant l’Ukraine avec des moyens militaires, le gouvernement russe enfreint, devant le monde entier, les règles les plus élémentaires de l’ordre international. La Russie elle seule a choisi cette voie. Ces derniers mois, nous avons tout fait pour trouver une solution pacifique, par la voie diplomatique, à cette crise avec la Russie. La Russie a refusé nos invitations à discuter.

Les Ukrainiennes et les Ukrainiens n’ont rien fait qui justifierait cette effusion de sang. Cette guerre vise surtout à détruire une chose : l’espoir des habitants de l’Ukraine, après des décennies de servitude, de bénéficier d’un droit à la démocratie, d’un droit à la paix et à un avenir meilleur sans subir d’oppression.

Monsieur le Président Poutine, vous ne pourrez jamais détruire ce rêve. Il se propage en Ukraine, de même qu’il se propage dans votre pays. Je suis convaincue qu’en Russie aussi, de nombreuses personnes éprouvent de la honte et s’indignent que le nom de la Russie ait été abîmé, pour les décennies à venir, par des meurtres sans scrupules commis contre leurs frères et sœurs en Ukraine.

Chères concitoyennes et chers concitoyens, ce matin, nous sommes tous stupéfaits, mais nous ne sommes pas impuissants. Nous avons anticipé ces événements et allons désormais y réagir avec nos partenaires et alliés et nous concerter à chaque instant avec nos amis en Ukraine. Nous allons aujourd’hui nous coordonner dans le cadre de l’UE, de l’OTAN et du G7. Nous allons mettre en place la totalité des mesures, avec des sanctions massives, à l’encontre de la Russie. Et nous allons renforcer notre sécurité et appuyer nos partenaires de l’Alliance. Mais ce n’est pas la seule Europe qui est en jeu aujourd’hui. Aucun pays au monde ne peut accepter que la souveraineté d’un autre État soit remise en cause si son voisin plus fort le souhaite. Par le biais de nos réseaux diplomatiques existants dans le monde entier, nous appelons maintenant tous les États qui, comme nous, croient en la Charte des Nations Unies, à s’opposer ensemble à cette agression.

Chers ressortissants allemands en Ukraine,

Quittez immédiatement l’Ukraine, pour votre propre sécurité. Nous vous avons déjà demandé à plusieurs reprises de le faire ces derniers jours. Si vous n’êtes pas en mesure de quitter le pays en toute sécurité, restez provisoirement dans un endroit sûr. Nous avons mis en place une hotline pour les ressortissants allemands en Ukraine, joignable à tout moment au +49 (0)30 5000 3000. Les transports organisés sont actuellement impossibles. Nos représentations en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie et au Moldova sont prêtes à apporter leur assistance dès la frontière. Avec nos voisins européens, cela fait longtemps que nous nous y sommes préparés. Inscrivez-vous sur la liste de prévention des crises du ministère fédéral des Affaires étrangères. Si vous avez déjà quitté l’Ukraine, veuillez retirer votre nom de la liste. Suivez les médias internationaux et locaux, et faites également attention aux annonces locales.

Pour des raisons de sécurité, j’ai déjà pris la décision, hier soir, de retirer le personnel envoyé restant de l’ambassade d’Allemagne à Kiev. En fonction de la situation, nous déciderons si l’ambassade pourra temporairement poursuivre son travail de Lviv ou d’une autre ville.

Chères concitoyennes et chers concitoyens, cette guerre, qui a lieu dans notre voisinage direct, aura également des conséquences chez nous en Allemagne. Les sanctions contre la Russie, l’augmentation des prix et la chute des marchés boursiers se répercuteront aussi en Allemagne. Nous n’avons pas choisi cette situation. Mais nous ne pouvons ni ne voulons l’ignorer. L’ordre de paix européen des dernières décennies est le fondement d’une vie paisible et prospère. Si nous n’y œuvrons pas maintenant résolument, nous payerons un tribut encore plus élevé.

Retour en haut de page